Européenne veut s’impliquer dans la lutte contre la déforestation en Côte d’Ivoire. Le vendredi 11 octobre 2019, elle a organisé une table ronde regroupant tous les acteurs de la filière café-cacao à son siège situé à Abidjan Plateau.

La Côte d’Ivoire est un pays en proie à une déforestation accrue. Face à cette situation, l’Union Européenne (UE) premier partenaire à l’export (40,2%) de ce pays d’Afrique de l’ouest, a décidé de s’engager en faveur de la préservation et de la protection de la forêt ivoirienne. Ce vendredi 11 octobre 2019, une délégation de l’UE a organisé une table ronde qui a vu la participation des autorités ivoiriennes et des acteurs concernés par la problématique de lutte contre la déforestation.

«Cette table ronde a été organisée pour que les acteurs concernés par la déforestation accordent leur violon », a expliqué Jobst Von Kirchmann, ambassadeur de l’UE. Cette rencontre a été l’occasion pour chaque partie d’exposer soit les difficultés auxquelles elle est confrontée, où soit, dévoiler les objectifs visés dans la lutte ardue contre la déforestation.

Ibrahima Yves Koné, Directeur général du Conseil Café-cacao (principal produit d’exportation du pays), a soutenu que la déforestation est due en partie à l’abandon des terres culturales traditionnelles au profit des forêts classées. Toutefois, il a révélé que la nouvelle politique de préservation de la forêt vise à faire en sorte que les producteurs produisent sur les terres habituelles.

«Notre nouvelle politique c’est que, nous allons faire en sorte que les producteurs continuent de produire sans aller dans les forêts classées », a-t-il révélé.

L’ambassadeur de l’UE, Jobst Von Kirchmann, a soutenu que la durabilité économique de la filière café-cacao passe impérativement par la préservation du capital forestier. Cela est indispensable à la production de produits agricoles de qualité dit le diplomate européen. Alain Ricahrd Donwahi, ministre ivoirien des Eaux et Forêts a affirmé que la problématique de la conservation de la forêt ivoirienne et de ses ressources, est une préoccupation des pouvoirs publics. Raison pour laquelle poursuit-il, la nouvelle politique de lutte contre la déforestation a pour but redonner à la Côte d’Ivoire son couvert végétale d’ici 2030-2045.

« Le gouvernement est conscient de cette situation (déforestation), c’est pourquoi le code forestier a été mis en place pour lutter contre tous ces maux. Notre objectif 2030-2045, c’est de restaurer le couvert forestier ivoirien », a rassuré le ministre Donwahi.

Arnaud Houssou

Source : 7info.ci