Côte d’Ivoire: 7 milliards FCFA de la Banque mondiale pour lutter contre le déboisement et la dégradation des forêts

Abidjan (Côte d’Ivoire) - La Banque mondiale a approuvé un financement d’un montant total de 15 millions de dollars (7,91 milliards FCFA) pour aider le gouvernement ivoirien à enrayer le déboisement et la dégradation des forêts, indique un communiqué de l’institution financière transmis, lundi, à APA.

Ce financement approuvé, vendredi, provient de l’Association internationale de développement (IDA), qui agit en qualité d’agent d’exécution du Programme d’investissement forestier (FIP), au titre du Fonds climatique d’investissement stratégique (SCF). Le FIP permettra de préserver et d’accroître le patrimoine forestier de la Côte d’Ivoire.

‘’Il améliorera également l’accès de certaines populations à des sources de revenu provenant de la gestion durable des ressources, dans des zones ciblées du sud-ouest et du centre du pays, c’est-à-dire, respectivement, dans l’actuelle et l’ancienne ceintures du cacao’’, précise le texte.

Environ 345 000 personnes bénéficiaires directes de ce projet notamment, des agriculteurs et les communautés tributaires de la forêt auront ainsi ‘’la possibilité d’exercer une activité indépendante ou de travailler dans l’agriculture’’, explique la Banque mondiale.

‘’Grâce à la reconstitution et à la conservation des parcs et forêts du pays, cette opération contribuera au développement durable à long terme de ses ressources naturelles, ce qui élargira, pour ces communautés, les possibilités de profiter directement des retombées potentielles’’, ajoute le communiqué.

Pour Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, Il s’agit du premier programme destiné à piloter la mise en œuvre de la politique forestière nationale, lancée en 2017, avec pour objectif une agriculture sans déboisement à l’horizon 2020.

‘’La cogestion avec la population et l’association des parties prenantes sont essentielles au succès des initiatives de restauration et de préservation des forêts. Le nouveau projet a été conçu pour produire des résultats sur lesquels le pays pourra s’appuyer à l’avenir’’, indique M. Laporte.

HS/ls