Adoption du plan de mise en œuvre du cadre d’action commune de lutte contre la déforestation

Abidjan, 1er juil (AIP) - Le plan de mise en œuvre du cadre d’action commune de lutte contre la déforestation a été adopté vendredi, à Abidjan, au cours de la réunion du comité de pilotage de l’Initiative Cacao et forêts de Côte d’Ivoire, en présence du ministre des Eaux et Forêts, Alain-Richard Donwahi et d’un responsable de Fondation mondiale du cacao (WCF), Rick Scobey.

Il s’agit d’une nouvelle politique qui témoigne de la volonté de l’Etat ivoirien d’avoir un nouvel outil de gestion et d’implémentation des activités forestières, de rassurer les partenaires techniques et financiers des efforts pour réduire la dégradation des forêts par des plans d’actions et de permettre aux industriels et aux populations de s’approprier désormais le rôle de l’arbre.

La rencontre des experts de la foresterie avait pour but, selon le ministre Donwahi, d’entériner et de ratifier la version définitive du Plan de mise en œuvre y compris les termes de références des études préalables proposés et d’entériner et de ratifier les étapes de mobilisation des financements pour la mise en œuvre du Plan de mise en œuvre dont le budget est évalué à 616 milliards de francs CFA sur une période de 10 ans.

Pour la phase de démarrage, l’initiative axera ses actions autour de six objectifs globaux à savoir la divulgation et l’application du nouveau code forestier, la création de du fonds national de préservation et de réhabilitation des forêts en fin juin 2019, le développement et la mise en œuvre du système national de traçabilité d’ici 2019.

Les trois autres axes visent l’élaboration d’un mécanisme de suivi et d’évaluation des progrès, la mise en œuvre de projets pilotes dans les régions prioritaires identifiées à partir d’octobre 2018 et l’évaluation de la phase de démarrage et d’élaboration du plan pour la phase d’expansion à l’échelle 2021-2030.

Cette réunion de haut niveau fait suite à l’engagement, le 16 mars 2017, de 12 importantes entreprises du secteur du cacao en signant la déclaration d'intention à Londres, en vue de stopper la déforestation et la dégradation des forêts liées à la chaîne de valeur du cacao dans les deux plus grands pays producteurs de cacao à savoir la Côte d'Ivoire et le Ghana.

La Côte d’Ivoire a démarré sa phase d’opérationnalisation par un atelier de lancement, organisé les 17 et 18 janvier, qui a permis de clarifier le cadre de gouvernance, d’initier les premières réflexions des groupes de travail ad hoc et de définir les étapes de préparation du plan de mise en œuvre.

 

Source : abidjan.net