La FAO dévoile les 7 mystères que cache la forêt

Les forêts jouent un rôle clé dans nos vies, en catimini, sans que nous en ayons conscience, rappelle l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) dans un récit riche en enseignements. Selon les experts, les forêts qui nous servent de supermarchés et de fontaines d’eau fournissent près de 50% des fruits que nous mangeons et une grande partie des ressources en eau potable de quelques-unes des plus grandes villes de la planète. Ci-dessous, les 7 services répertoriés par l’agence onusienne qu’elles nous rendent et qui figurent parmi leurs secrets les mieux gardés.

1. Supermarchés – Loin de nous offrir seulement de temps à autre une pomme ou une orange à cueillir dans un arbre, les forêts sont de véritables marchés de produits alimentaires. Près de 50 pour cent des fruits que nous consommons proviennent des arbres, sans parler des noix et des épices que nous mettons dans notre panier de provisions.

2. Assurance-vie – Certaines communautés dépendent presque exclusivement des forêts pour leur alimentation. Environ 40 pour cent des ruraux vivant dans l’extrême pauvreté – soit 250 millions de personnes – résident dans la forêt ou dans la savane. Pour ces communautés, les forêts et les arbres sont une sorte de talisman et d’assurance contre la faim.

3. Fontaines d’eau – Les forêts fournissent une grande partie des ressources en eau potable de plus d’un tiers des plus grandes villes du monde, dont New York et Bombay. Beaucoup de fleuves et de cours d’eau prennent leur source dans des forêts. Les arbres servent de filtres et nous fournissent l’eau potable essentielle à la vie sur terre.

4. Énergie – Près d’un tiers de la population de la planète utilise du bois comme source d’énergie pour cuire les aliments, faire bouillir l’eau et se chauffer. Le bois issu des forêts fournit environ 40 pour cent des ressources mondiales en énergie renouvelable – soit autant que l’énergie solaire, hydroélectrique et éolienne combinées. Les arbres repoussent, mais nous devons mettre davantage l’accent sur l’utilisation durable de ces ressources pour prévenir la dégradation des forêts.

5. Super-héros – Les forêts et les arbres ont peut-être l’air aussi discret que Clark Kent, mais par bien des aspects ils s’apparentent à Superman. Ils sont les héros de la lutte contre le changement climatique. Ils rendent nos villes plus durables en rafraichissant naturellement l’air et en les purifiant des polluants. Ils préservent notre santé en nous offrant des lieux de repos et de détente. Ils s’attaquent à la dégradation des terres et nous défendent contre la perte de la biodiversité en offrant des habitats aux plantes et aux animaux.

6. Puits à carbone – Dans leur rôle de super-héros et de forces du bien, les forêts servent de puits à carbone, en absorbant l’équivalent d’environ 2 milliards de tonnes de dioxyde de carbone chaque année. Comme tous les super-héros, elles ont cependant un tendon d’Achille. La déforestation est leur kryptonite. Lorsque les arbres sont abattus, ils libèrent ce dioxyde de carbone dans l’atmosphère. La déforestation est la deuxième cause principale du changement climatique, derrière la combustion des combustibles fossiles. Elle représente à peu près 20 pour cent de toutes les émissions de gaz à effet de serre – soit plus que ceux émis par l’ensemble du secteur mondial des transports.

7. Détente et récréation – Les arbres atténuent le stress. L’éco-tourisme se développe trois fois plus vite que le secteur du tourisme pris dans son ensemble et il représente désormais environ 20 pour cent du marché mondial. Des études vont même jusqu’à établir un lien entre les espaces verts et les arbres plantés dans les villes et la réduction des taux d’obésité et de criminalité. À titre d’exemple, le taux d’obésité des enfants est plus faible dans les zones où l’accès aux espaces verts est adéquat que dans celles où il est limité ou inexistant. Les forêts sont les gardiennes de notre tranquillité. Le rôle qu’elles jouent en secret dans notre vie quotidienne est plus important que ce que nous croyons. Sans elles, nous ne pourrions pas mener une vie aussi saine et productive et nous ne pourrions pas aspirer à un monde libéré de la faim sans faire appel à leur aide, à celle des gouvernements, des institutions et des organismes qui les protègent et à la vôtre pour respecter les forêts.

Moctar FICOU / VivAfrik